Rapport du voyage de Bertrand au Mali

Par Bertrand :

mali-carte

Rapport de voyage au Mali sept 2018

Mon voyage du 6 au 23 septembre au Mali avait pour but principal de répondre à l’invitation du Dr Diallo au Congrès de la Jeunesse Évangélique du Mali. Sa demande était qu’ EFF anime des ateliers sur la vie affective et sexuelle pendant toute une semaine à Koutiala, ville située à environ à 350 km à l’est de Bamako vers le Burkina-Faso.  Cette invitation était une reconnaissance du travail que l’équipe EFF-Mali a effectué ces 2 années passées. Nous avons donc préparé cette semaine de plusieurs manières :

  • Rédaction, mise en page et impression de livrets destinés à chaque jeune du Congrès,
  • Conception et impression de flyers « Club ASR » afin de motiver les jeunes de Bamako à rejoindre un mouvement de jeunes pour la pureté à cause de Jésus-Christ,
  • Formation d’écoutant pour une dizaine de personnes afin de pouvoir offrir aux jeunes la possibilité de partager leurs fardeaux pendant le Congrès.

Le Congrès devait réunir plus de 1000 jeunes mais environ 500 ont participé à l’ensemble de la semaine.

Cette semaine a été très fructueuse à plusieurs égards. D’abord le fait de vivre ensemble en équipe EFF a permis de nous connaître davantage, de lire ensemble la Parole de Dieu et de prier. Ces moments de communion fraternelle ont été des moments de bonheur.

Bien entendu, le fait de travailler ensemble, soit dans le lieu d’écoute appelé  « Oasis » soit dans les ateliers nous a beaucoup unis.

Pour cette formation à l’écoute, un livret de formation à destination des participants a été rédigé, ce qui donne une autre corde à l’arc d’ EFF-Mali et je suis certain que les autres pays vont aussi pouvoir en bénéficier.

En marge de cette invitation au Congrès, le comité EFF-Mali (le pasteur Noël, Sylvie Bathily, André ainsi que Sylvie Fuchs) a proposé plusieurs actions de formation. D’abord une formation à l’évangélisation appelé « témoignage minute » qui a réuni environ 80 personnes.

Cette formation d’une journée comprend aussi une partie pratique :  à la fin de l’explication de l’outil d’évangélisation, les participants sortent deux par deux pour expérimenter l’outil sur le terrain. Lorsque j’ai annoncé cela, j’ai vu les participants s’enfoncer dans leur siège et je pouvais lire une certaine crainte sur leur visage. Mais une heure plus tard, ils sont revenus rayonnants avec des yeux pleins d’étincelles. Cette expérience dans la rue les a fortement marqués et les témoignages qu’ils ont rapportés nous ont tous touchés.

Cette formation n’est pas une formation EFF. Je l’ai suivie il y a peu et je l’ai présentée pour la première fois à Bamako car il y avait un grand intérêt. Plusieurs évangélistes présents cherchent maintenant à la transmettre autour d’eux.  EFF-Mali souhaite continuer à redonner cette formation de façon régulière.

Je ne pouvais pas venir à Bamako sans apporter la formation sur la parentalité : « Parents, C’est pour Vous ! »    Pendant 5 matinées, j’ai pu apporter les 5 sessions de la formation. Et chaque après-midi, les 30 participants devaient se mettre en petits groupes pour élaborer une soirée fictive pour des parents sur le thème de la session vue le matin. Cela demande beaucoup de travail car chaque groupe doit se mettre devant tous et endosser le rôle d’orateur. C’est un exercice difficile mais tellement formateur.  Vous pouvez vous imaginer la fatigue des participants à la fin de la semaine mais la joie aussi !

Pour cette formation PCV, j’ai utilisé le nouveau manuel de référence que nous venons d’éditer.

Voilà donc l’essentiel de ces 18 jours.  Il y a eu les prédications du dimanche matin, les déplacements épiques dans les embouteillages de Bamako dans des taxis Mercedes 190 de 40 ans… et les 2 jours de voyage en bus pour nous rendre à Koutiala.  J’allais oublier une mémorable soirée de couples qui a réuni plus de 80 personnes. Chaque couple a payé sa place pour assister à la rencontre et bénéficier d’un repas de fête !  Beaucoup de joie et d’émotion, ce soir-là.

soiree-couples-sept

Je suis très heureux de constater les actions du dynamique comité EFF. La présence de Sylvie y est assurément pour beaucoup : elle oeuvre dans l’ombre et prépare tous les événements minutieusement sans bruit, pour que tout puisse rouler.

Petit à petit, EFF prend sa place dans le paysage chrétien malien et les enseignements sont très appréciés pour ses contenus mais également pour sa pédagogie spécifique. Lors de notre passage à l’institut biblique de Koutiala, le directeur nous a demandé de considérer la possibilité d’apporter la formation ATP à tous ses étudiants. Nous avons parlé de commencer en octobre ou novembre 2019.  Nous imaginons que, si les pasteurs de Bamako sont prêts, nous pourrions profiter du même voyage pour apporter ATP dans la capitale.

Pour conclure : 18 jours de bonheur pendant lesquels nous avons vu la main du Père arranger chaque détail sur notre chemin : les visites de pasteurs, les prédications, les moments de méditation dynamique de la Parole, les contre-temps, les incertitudes, l’insécurité…

Laissez-moi terminer avec cette petite histoire : je découvre qu’une participante à la formation PCV, Esther, dirige, dans un quartier de la ville, un orphelinat comptant une quinzaine d’enfants. Je lui demande si je peux visiter le lieu de vie le samedi. Ainsi, le samedi après-midi,  avec Sylvie, nous nous rendons sur place et sommes très bien accueillis par les enfants et Esther.  Nous nous asseyons, nous parlons et les enfants chantent quelques  cantiques accompagnés de chorégraphies.  Tout va bien et Esther nous parle de chaque enfant, en déclinant ses dons et ses talents. J’ai trouvé merveilleux cette valorisation des enfants devant eux.

Ensuite, devant tous, j’ai tendu à Esther une enveloppe que j’avais préparée contenant un don pour la maison. Esther l’ouvre et montre aux enfants les 6 billets de 10 000 Fcfa (un peu moins de 100 €). Et à ce moment, Esther commence à raconter que les factures d’électricité n’étant pas payées, la compagnie avait coupé le jus. Avec les enfants, ils avaient eu une réunion de prière la veille en famille pour une délivrance et voilà que le lendemain, un samedi après-midi, un temps où généralement rien ne se passe, le Seigneur délivre !!!  « Mais ce n’est pas tout », continue Esther, « ce que les enfants ne savent pas, c’est que je n’ai pas 500 Fcfa (0,80 €) en poche pour manger ce soir et demain…  Avec cette somme, nous allons pouvoir tout régler !!! »

A ce moment-là, j’ai craqué et j’ai commencé à pleurer !  Le Seigneur est si bienveillant !!!

bertrand-sept

bertrand-sept1

bertrand-sept2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s